Le métier de dessinateur illustrateur

Le métier

L’illustrateur est un artiste qui fait jouer sa sensibilité et son imaginaire en se référant à un texte court destiné aux enfants, par exemple. Il crée l’univers dessiné et coloré approprié à ce texte pour appuyer le message de ce dernier. Il doit posséder un bon coup de crayon et connaître les règles de la colorimétrie. L’illustrateur est à l’aise dans bon nombre de techniques différentes : crayons de couleurs, aquarelle, pastels, gouache et choisira avec justesse la plus adaptée à l’ambiance de l’histoire qu’il va illustrer. Il s’agit d’une spécialité du domaine de l’édition dans laquelle il peut être amené à réaliser des couvertures de livres. L’illustrateur assure lui-même sa promotion, il travaille en lien étroit avec des personnes de l’impression et de l’édition et rencontre les directeurs artistiques.

Son imagination se nourrit de lectures, spectacles, concerts, expositions diverses mais aussi de scènes vécues ou observées de la vie quotidienne. Il prend des notes écrites, se constitue des books de visuels divers qui lui serviront, ensuite, de base pour la constitution de ses dessins. Le dessinateur illustrateur est le plus souvent un artiste indépendant, il possède le statut d’artiste-auteur. Son press-book personnel sous le bras, il démarche lui-même les clients potentiels : les écrivains, les maisons de presse et d’édition. L’illustrateur illustre ses propres écrits mais peut également illustrer ceux d’autres auteurs.

Les qualités du dessinateur illustrateur

L’illustrateur doit avoir un véritable talent mais également une réelle personnalité qu’il exprimera dans ses réalisations et qui facilitera ses contacts avec les professionnels. Il lit la presse spécialisée et se tient informé des dernières tendances et nouveautés technologiques. Tisser un véritable réseau relationnel est indispensable pour assurer sa promotion. L’illustrateur doit également maîtriser la typographie : les spécificités de son tracé mais aussi l’impact psychologique qu’elle peut avoir dans la lecture des visuels. C’est une profession qui nécessite une réelle polyvalence. Si l’illustrateur utilise quotidiennement les techniques traditionnelles : encre de chine, gouache… il doit, de plus, maîtriser les logiciels de retouche et de création d’images tels que Photoshop ou Illustrator.

Comment devenir dessinateur ?

La grande majorité des illustrateurs sont des autodidactes. Il existe cependant des voies pour permettre à l’illustrateur d’asseoir ses acquis et maîtriser les différentes techniques qu’il ne pratique pas usuellement. Le futur illustrateur y apprendra les techniques les plus actuelles d’impression. Il y recevra également une instruction de communication, d’économie et de législation adaptée à la spécificité de son produit. La finalité de ses études secondaires peut être le Bac STD2A : Sciences et Technologies du Design et des Arts Appliqués.

Afin de préparer au mieux les concours d’entrée dans les grandes écoles d’art, il pourra intégrer, pour une année, un atelier préparatoire. Plusieurs possibilités s’offrent alors au futur illustrateur : s’inscrire dans un établissement privé en présentiel, suivre des cours du soir dans un atelier d’état (tout en sachant que ces ateliers ne comptent qu’un nombre limité de places disponibles) ou choisir l’option de l’enseignement à distance qui permet d’établir un emploi du temps parfaitement adapté et personnel. Ces formations préparatoires permettront d’entrer, l’année suivante, dans une école des Beaux-arts qui prépare en trois ans à un Diplôme National d’Arts et Techniques (DNAT) ou, en cinq ans, à un Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP). Les écoles nationales supérieures d’art forment des créateurs particulièrement prisés : il existe l’école nationale supérieure des Beaux-Arts ou l’école nationale supérieure des Arts Décoratifs.

La création d’une page web permet à l’illustrateur d’élargir et faciliter les contacts. Elle permet une présentation de l’étendue de ses talents actualisable et créative.

La carrière d’un dessinateur illustrateur

L’illustrateur travaille généralement en free-lance. Il est bien souvent l’auteur des textes qu’il illustre. L’illustrateur de livres pour enfants propose ses planches à des auteurs indépendants mais également aux nombreux représentants de la presse enfantine. Ce professionnel peut réaliser des plaquettes informatives ou de sensibilisation destinées à l’enfance, il peut également intervenir dans les milieux scolaires, associatifs ou les bibliothèques en proposant des ateliers.

Cependant, l’illustrateur pour enfants est avant tout un créateur tourné vers le milieu de l’enfance, dont il adopte les codes de communication. Pour cela il est nécessaire que l’artiste adopte des problématiques de la vie courante de l’enfant et exprime largement son imaginaire. L’illustrateur participe à de nombreux salons, il exposera des planches indépendantes qu’il proposera à la vente parallèlement à celle de ses albums.

Il existe une multitude d’autres domaines dans lesquels le dessinateur illustrateur peut mettre son talent à profit. Il peut se spécialiser dans l’illustration de journaux, ou de livres, tournés vers des publics plus matures, ou encore se diriger vers la réalisation d’affiches. Les possibilités sont infinies, tant l’illustration est présente aujourd’hui, dans tous les médias.

La carrière de l’illustrateur se construit pas à pas en saisissant toutes les opportunités de contact. Si le travaille se réalise essentiellement à domicile, assurer sa promotion passe par la participation à de nombreux rendez-vous artistiques.

Des questions?

Puis-je entrer dans la profession en la considérant comme une profession annexe puisque je suis salariée à temps complet actuellement ?

Oui, il est même préférable de considérer, au début, cette nouvelle profession comme une profession annexe, le temps pour vous de vous faire connaître dans le domaine de l’édition et des expositions. Si vous avez besoin d’une formation complémentaire, pensez, dans votre situation, à un enseignement à distance qui vous laissera le disponibilité nécessaire pour mener de front votre passion et votre profession.

Je maîtrise la réalisation graphique mais rencontre des difficultés en expression colorée. Comment acquérir davantage de dextérité dans l’ensemble des techniques de mise en couleur ?

Vous pouvez compléter vos connaissances par des cours du soir dans un atelier d’art, inscrivez-vous alors assez tôt dans l’année car les places y sont limitées. Vous avez également l’opportunité de l’enseignement à distance, renseignez-vous sur les différents centres de formation qui proposent des plans d’étude artistique.

Puis-je, avec une formation d’illustrateur de livres pour enfants, proposer mes compétences pour illustrer des ouvrages scolaires ?

Oui, illustrer des ouvrages scolaires nécessite une expression dessinée claire, efficace, des qualités que l’on retrouve dans l’illustration de livres pour enfants. Le message doit passer justement et immédiatement. Il y a, dans l’ouvrage scolaire, besoin d’une réalisation au graphisme sobre, minimaliste, la mise en couleur a ici la fonction de clarifier encore le message, dans l’illustration de livres pour enfant, l’aspect artistique y est infiniment plus important même si l’accord « texte/ production dessinée » doit être parfait.

Existe-t-il des terrains de stage privilégiés dans le domaine de l’illustration ?

Pour vous apporter des connaissances complémentaires, il serait intéressant de rechercher des stages dans le milieu de l’impression et de l’édition : l’impression, en vous apportant les connaissances de ce domaine, vous permettra de choisir la technique la plus adaptée à vos planches, le domaine de l’édition vous permettra de suivre les tendances actuelles et les attentes de la clientèle.

Doit-on obligatoirement fournir des planches dessinées ou peut-on travailler en Dessin Assisté par Ordinateur (DAO) ?

Il n’y a aucune obligation d’aucune sorte. Chaque illustrateur a une facture graphique personnelle et une expression colorée préférée. Si certaines réalisations peuvent être retouchées par logiciel, le dessin manuel pur possède une dynamique incomparable et doit être privilégié. Certains artistes s’expriment par collage de photos et de matières. C’est un domaine de création pure ou la limite est uniquement celle des possibilités d’impression.

Liens utiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *